Vous avez dit “intercompréhension”?

Définir ce qu’est l’intercompréhension n’est pas évident car il existe plusieurs définitions de ce concept. Une chose est sûre, l’intercompréhension s’inscrit, en didactique, dans les approches plurielles qui visent le développement d’une compétence plurilingue et pluriculturelle telle qu’elle a été définie par D. Coste, D. Moore et Z. Zarate. C’est de ce point de vue que le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL) et le Cadre de Référence pour les Approches Plurielles des Langues et des Culture (CARAP) la présentent.

 

Certaines définitions se réfèrent à une pratique de communication très ancienne où chaque personne impliquée s’exprime dans une langue différente de celle de ses interlocuteurs et comprend néanmoins ce que ces derniers disent dans les langues qu’ils utilisent. C’est ce qui se passe par exemple quand un Espagnol parle en castillan avec un Portugais qui se sert, de son côté, du portugais ou même quand un Français s’adresse en allemand à un Hollandais qui lui répond en néerlandais. Ces définitions mettent l’accent sur l’interaction entre les personnes dans des langues différentes, souvent génétiquement proches.

 

D’autres spécialistes de l’intercompréhension privilégient plutôt la dimension réceptive et voient dans l’intercompréhension le fait d’utiliser les connaissances que l’on a dans une ou plusieurs langues pour en comprendre d’autres – essentiellement de la même famille. Il existe ainsi du matériel conçu lors de projets dont le but était de promouvoir la compréhension de plusieurs langues de même famille : EuRom4/5, les projets EuroCom, Galatea, etc. Ces projets se fondent sur le principe suivant : lorsque une langue appartenant à une certaine “famille” (les langues romanes par exemple) est connue, il est, tout de suite ou tout au moins assez rapidement, possible de comprendre les langues du même groupe. Ces projets mettent donc en avant les similitudes évidentes entre les différentes langues et invitent à découvrir celles qui sont moins visibles.

Certains considèrent que l’intercompréhension est également possible au-delà des familles de langues et ont conçu des matériaux, essentiellement de sensibilisation, qui montrent que, même dans des langues que l’on pourrait considérer comme peu accessibles, on comprend toujours quelque chose. Cette approche, peut-être plus que les autres, met tout spécialement l’accent sur le transfert de stratégies de réception, parce qu’elle ne s’appuie pas uniquement sur des connaissances linguistiques.

 

Cette interaction entre langues différentes est un moyen de développer d’une part la communication et d’autre part l’ouverture sur les autres. L’intercompréhension linguistique facilite la mise en place d’une compréhension et d’une intercompréhension culturelles et donc sociales. Dans ce mode de communication, les utilisateurs jouent un rôle important de partage de la vision du monde propre à chaque culture. Communiquer en utilisant plusieurs langues permet à chacun de découvrir et de s’approprier un peu de la culture de l’autre.

 

Babelweb est à la croisée entre l’intercompréhension dans sa dimension réceptive et dans sa dimension interactive. En faisant cohabiter les langues romanes (dans toutes les variétés possibles), Babelweb invite ses membres et ses visiteurs à découvrir des contributions rédigées dans les langues les plus répandues de cette “famille” (catalan, espagnol, italien, français, portugais, roumain), mais aussi dans des variétés moins fréquentes comme les créoles à base romane : occitan, galicien, sicilien, etc. Ces consultations sont ainsi l’occasion de se rendre compte que, même si une personne n’a jamais appris la langue dans laquelle certaines contributions sont écrites, elle est tout de même en mesure de comprendre partiellement les articles, voire complètement.

 

La fonction de commentaire permet également aux visiteurs de réagir. L’option résolument multilingue de Babelweb est une invitation à poster des réactions qui ne sont pas forcément rédigées dans la même langue que l’article commenté. Ainsi peuvent se mettre en place des interactions multilingues relevant de l’intercompréhension.

 

Babelweb entend ainsi promouvoir, d’une part, l’utilisation de toutes les variétés romanes en leur permettant de cohabiter et de dialoguer sur un pied d’égalité et, d’autre part, le plurilinguisme des internautes en leur donnant l’occasion de lire des textes dans d’autres langues romanes que celles qu’ils connaissent (le mieux) et d’entrer dans des interactions multilingues et multiculturelles.