VOYAGE, VOYAGES…

Participez à la construction du plus grand voyage du monde en racontant un des vôtres.


Etés à Karpathos

02/07/2009

|

Auteur:

|

|

imprimer



Il y a longtemps… une petite île du Dodécanèse près de la Crète… petite île uniquement accessible par bateau (depuis un aéroport “international” a été construit…)
Du camping à la belle étoile au milieu des vignes et en bord de mer pendant 2 mois, des lys de sable entre les duvets.
Nous étions dix, 7 enfants (dont trois ados…) et 3 adultes, sans argent.
Ce sont quelques mauvais souvenirs (l’ennui, deux mois en bord de mer sans rien à faire, la faim et des ampoules monstrueuses aux pieds) mais surtout de très bons souvenirs que le temps enjolive… !
Pour manger : des fruits et des pâtes cuites avec le thym sauvage qui poussait à l’entrée des tentes, du raisin qu’un vieux monsieur sur son âne nous laissait en cachette dans une bassine. En retour, pour le remercier, nous lui avions laissé quelques lys en bouquet (après nous être cachés pour le surprendre).
C’est aussi la marche hebdomadaire de 10km aller et 10km retour vers le village le plus proche pour faire le plein de pâtes et la rencontre chaleureuse avec le pope venu nous défendre quand les enfants nous ont jeté des pierres parce que nous faisions la sieste à l’ombre de l’église.

Enfin, c’est la découverte de Grecs et de Grecques, certains très commerciaux face à des Français même sans argent, et les autres, la majorité, accueillants et contents d’offrir à ces pauvres Français un peu d’eau, un peu de raisin ou de pain. C’est ce pique-nique pour fêter un saint local, où les femmes de chaque groupe ont partagé leur pique-nique avec nous, qui n’avions rien, c’est ce mariage où nous avions été invités en dernière minute parce qu’on nous connaissait et que nous faisions partie de la communauté, c’est aussi cette fête au village (10km aller et 10km retour à pied dans la nuit) où on nous a invités à danser la danse locale.

L’île n’existe plus sous l’aspect que j’ai connu, l’endroit où nous avions dormi a fait place à des hôtels, les tavernes où nous prenions, de temps en temps, un café frappé a laissé la place à de “vrais” restaurants, les pistes sont devenues des routes, les touristes arrivent maintenant par flots dans ce paradis naturel transformé en paradis artificiel.


Europa|Europe|Europa,VOYAGE, VOYAGES… | La vuelta al mundo | Sì, viaggiare! | Viatge, viatges… | volta ao mundo Călătorie, Călătorii
Mots-clefs: , , , , ,



Commentaire

« | »