VOYAGE, VOYAGES…

Participez à la construction du plus grand voyage du monde en racontant un des vôtres.


Mon premier grand voyage….

05/11/2009

|

Auteur:

|

|

imprimer



J’avais 22 ans … A cette époque là, j’étais étudiante en espagnol et je suis alors partie presque 2 mois au Paraguay pour perfectionner mon espagnol et pour rencontrer des écrivains paraguayens.

Je me souviens parfaitement, comme si c’était hier…. (même si ça fait longtemps) de mon arrivée à Asuncion, de mon émotion, quand, de l’avion, j’ai pu apercevoir les premières petites tâches de terre, les petites maisons, la végétation… et puis ce bonheur de revoir mes amis : Cynthia, Mario, Malala, Cacho, Gache… ils étaient tous là….

Moi qui avait été bercée toute mon enfance et mon adolescence par les auteurs latino-américains, par la musique latino, voilà, j’y étais, enfin….en Amérique du Sud…

Que vous dire d’Asuncion ?

A l’époque, c’était une capitale tranquille, presque provinciale,… s’était si facile de se faire des amis, de rencontrer des gens même très connus. Je me souviens avec quelle simplicité m’ont reçu Raquel Saguier, auteure de « la niña que perdí en el circo » et Rauskin. (si vous ne les connaissez pas, je vous les conseille)

Les paraguayens sont comme ça simples, amicaux, accueillants,…

Je me souviens de la chaleur moite si caractéristique des climats subtropicaux, des peñas, du terere (en guarani, maté que l’on boit froid), de la douce musique du guarani qui se mêlait si souvent à l’espagnol.

Et puis de ma maison là bas….

Mes amis avaient une magnifique villa « en las afueras de Asuncion », c’était une maison très moderne et derrière, il y avait une cour et au fond de la cour…une autre maison, plus petite, plus modeste.. et c’était là où j’habitais… on était 3 : la abuela, Nemy, le fils aîné de la famille et moi. La grand mère était extraordinaire, un personnage digne des romans de Garcia Marquez, elle me racontait ses discussions nocturnes avec son défunt mari, de la guerre … Me encantaban nuestras charlas….

Nemy est un artiste, il vit maintenant en Argentine et grâce à lui, j’ai pu découvrir un peu de la vie nocturne de la capitale….

Et puis, il y a avait Catita, Cynthia, el doctor, Pedro et tous ceux qui venaient remplir cette maison de leurs rires et de leur joie de vivre…

Si vous allez un jour au Paraguay, il faut aussi sortir de la capitale, prendre la grande route qui vous permet de découvrir la campagne….

Surtout, arrêtez-vous au bord de la route pour acheter des chipas (panecillos de quezo y maiz), es una delicia !!!

Et puis continuez la découverte,…. direction : Ciudad del Este, point de départ pour les chutes d’Igaçu, en un mot : MAJESTUEUSES. N’hésitez pas à passez la frontière car du côté brésilien « tambien vale la pena » !

Je pourrais vous parler de San Bernardino, on y allait quelquefois le week end, a gente fazia um churrasco como no Brasil ( pra a gente que conhece) et on se baignait dans la rivière Ypacarai .(encore un nom guarani). Dans beaucoup de chansons traditionnelles, on parle de cette rivière : si vous êtes romantiques, retenez en une : «Recuerdos de Ipacarai » (una noche tibia, nos conocimos, junto al lago azul de Ypacarai,…) rendue célèbre en Europe par Julio Iglesias mais écoutez les versions paraguayennes…

Ou encore vous parler de Caacupé, des missions de Jésuites,…. une autre fois peut être…

Depuis, je n’ai pas arrêté de voyager, j’ai aimé d’autres pays, partagé d’autres moments merveilleux avec d’autres personnes… C’est devenu vital pour moi mais une chose est sûre, une partie de moi est restée là bas avec Catita et sa famille…

Je pense que c’est aussi ça les voyages, laisser un peu de son cœur quelque part….

Mais surtout accepter de devenir un autre ou une autre…


América del sur|Amérique du sud|America del sud



Commentaire

« | »