VOYAGE, VOYAGES…

Participez à la construction du plus grand voyage du monde en racontant un des vôtres.


Voyage sur l’île aux parfums – Nosy Be, Madagascar

17/03/2014

|

Auteur: ileod

|

|

imprimer



Je me suis rendue l’an passé deux semaines en vacances à Nosy Be, la plus grande des îles malgaches, située dans le Canal du Mozambique. Son nom signifie nosy = île et be = grand. Nosy Be est la première destination touristique à Madagascar: beaucoup d’Européens s’y rendent, notamment des Français et des Italiens.
Surnommée l’île aux parfums en raison des variétés botaniques et des cultures d’ylang-ylang et de vanille, Nosy Be propose aux touristes des prestations touristiques moins élaborées et moins organisées que les destinations plus connues des Européens, et c’est justement ce qui fait son charme car le tourisme n’y est pas encore très développé, et cela assure un dépaysement total. Ma première pensée sur la route menant de l’aéroport à l’hôtel fut d’ailleurs d’avoir l’impression d’avoir atterri à Jurassik Park, tant la végétation était luxuriante !

J’avais choisi cette destination et l’hôtel où je me trouvais en raison des bonnes critiques sur le web, et je n’ai pas été déçue. L’hôtel, enclavé entre la forêt et la plage, comportait des bungalows à l’architecture malgache donnant directement sur la plage, ouverts sur l’extérieur. J’ai eu la sensation de vivre dans un autre monde, sans eau chaude, ni électricité constante ou télécommunications, profitant d’une mer magnifique, du soleil, des plats typiques malgaches, de levers et de couchers de soleil incroyables. Je me levais chaque matin au lever du soleil vers 05:30, pour aller nager et observer les fonds marins, et pêcher des oursins avec le personnel de l’hôtel. J’ai aussi visité Hell-Ville et son marché, Ambatoulouk, la réserve naturelle de Lokobé, le Mont Passot, les distilleries d’ylang-ylang, l’arbre sacré et la cascade sacrée où je me suis baignée, le village de Befotaka et son école. J’ai aussi réalisé des randonnées botaniques qui m’ont passionnée, découvrant la terre rouge de Madagascar, des caméléons, des geckos et des tortues, des oiseaux inconnus, des serpents et d’énormes araignées. Cela m’a donné l’envie d’un jour retourner sur la Grande Île de Madagascar réaliser un séjour botanique, pour découvrir les milles et unes variétés de cette île où se sont développées une flore et une faune uniques au monde, cette fois-ci lors d’un séjour encadré par un professionnel.

Ce voyage à Nosy Be, ce fut aussi la découverte dans une ambiance familiale d’une culture inconnue, de rencontres et d’échanges chaleureux avec le personnel de l’hôtel et les villageois, et avec les vacanciers venus de Mayotte, de l’île de la Réunion et d’Afrique du Sud. Ce fut aussi la perception d’une angoisse sourde chez les Malgaches, en raison de l’instabilité politique permanente à Madagascar, et du contexte d’élections présidentielles cette année-là, d’un sentiment de révolte contre les autorités, notamment policières, trop corrompues pour intervenir en cas de crimes pour protéger la population, qui fait désormais justice elle-même. Ce fut de la colère contre certains Européens, venus sur cette île pour profiter du tourisme sexuel et de filles souvent mineures, et de la pauvreté de Madagascar.

Ce voyage a été pour moi un choc pour les sens, pour mes croyances. Et j’y retournerais sans hésiter si je pouvais !


VOYAGE, VOYAGES… | La vuelta al mundo | Sì, viaggiare! | Viatge, viatges… | volta ao mundo Călătorie, Călătorii
Mots-clefs: ,



Commentaire

« | »