Le voyage dans le désert.

11/11/2013

|

Auteur:

|

pas de commentaires

|

|

imprimer


Bonjour, je m’appelle  Manal , libyenne

J’ai aimé le voyage beaucoup, un jour j’ai décidé voyager dans mon pays donc ,

Bonjour, je m’appelle  Manal , libyenne.

J’ai aimé le voyage beaucoup, un jour j’ai décidé voyager dans mon pays donc , J’ai passé mes vacances

dans le désert en Libye, il était très magnifique, je suis allée avec ma famille, le guide aussi.

Le désert est grand et terrifiant, je suis parti pour récréation.

Nous nous sommes promènes au tour les fermier des palmiers et les montagnes de Aca cous, nous avons dormi la bas pendent trois jours.

Nous avons voyage a Gaber Onu la bas, il y avait grand lac, nous avons vu une dune, elle m’a plu parce que le matin nous avons fait du ski, il y a eu plusieurs rallyes de voitures sur le dune, nous avons vu beaucoup d’étrangers. Le soir nous avons dormi dans une, mais je n’ai pas pu dormir parce que quelque fois j’ai entendu le cri du loup, j’ai eu peur pour ma famille.

Alors que nous avons protège par le agence de voyage, le dernier jour j’ai avoir le couleur bronze mais j’étais très fatiguée.

Catégorie

Namibia

29/09/2012

|

Auteur:

|

pas de commentaires

|

|

imprimer


Je voulais voir le désert : j’en ai vu deux. Le désert du Kalahari et le désert du Namib. Un pays magnifique, sauvage, aride. Peu de vie, donc, mais la vie qui y survit est incroyable. Une plante, la welwischitia mirabilis qui ne fleurit que tous les mille ans, dont les racines plongent dans les nappes phréatiques. Des springboks qui s’aventurent partout, en solitaires. Et surtout des gens, appartenant à différentes ethnies millénaires et qui ont survécu tant à l’histoire qu’au climat. Ainsi les Himbas se sont sédentarisés le long de la kunene river et préservent leur mode de vie moyennant quelques rencontres arrangées avec des touristes, sans quoi, vous ne verriez pas de photo…

Des sables ocres et roses

 

plus proche de l’Atlantique, les couleurs virent au gris

 

Au nord de la Namibie, non loin de la frontière angolaise, frontière qui leur était étrangère jusqu’à il y peu, vivent les Himbas…

Elle se recouvre le corps et les cheveux d’une poudre ocre mélangée à du lait, comme signe extérieur de beauté. Tout contact avec l’eau est banni.

 

La construction des huttes et la traite sont le travail des femmes :

avant la traite

Pendant ce temps-là, ces messieurs guettent et se reposent. Eux étaient chargés d’acheminer tout le monde à bon port, de protéger femmes, enfants et troupeau, du temps où ils étaient nomades. Maintenant, ils semblent bien passifs.

Un homme bien pensif

 

Voilà un aperçu de notre rencontre avec les Himbas, qui restera gravée dans notre mémoire.

Bon vent.

 

Catégorie